Mort de Johnny Hallyday : une messe «pour le repos de son âme» dans l’Ain

Share

De notre envoyée spéciale à Grièges (Ain), Catherine Lagrange

La messe habituelle du mercredi matin a pris un tour inhabituel ce mercredi à Grièges, petit village de l’Ain, au sud de Mâcon (Saône-et-Loire). Sollicité par un paroissien fan de Johnny, le curé du village avait annoncé la semaine dernière sur Facebook la célébration d’une messe pour la guérison du rocker ce mercredi… Il n’en n’a pas eu le temps et transformé, quelques heures après le décès du chanteur, la cérémonie en messe « pour le repos de son âme ».

Devant une assistance plus fournie qu’à l’accoutumée (quelques 80 présents au lieu de la quinzaine habituels), le père Olivier Barnay, 42 ans, qui reconnaît être sensible au talent du chanteur, à invité ses fidèles à prier pour l’illustre défunt et pour les malades. « Vous êtes venus au départ pour prier Dieu pour celui que vous aimez, mais nous apprenons ce matin son retour vers le Père. Vous qui venez de l’extérieur, amis de Johnny Hallyday, priez pour nos malades ! Et recommandez l’âme de ceux que vous aimez comme Jean-Philippe Smet ».

« Dieu l’appelle par son prénom, Jean-Philippe »

« Vous, fans, amis de Johnny Hallyday, je comprends votre tristesse, celui que vous aimez, que vous écoutez, dont vous avez les posters, vous laisse aujourd’hui un grand vide, mais cette parole est pour vous : le Seigneur essuie les larmes sur tous les visages », a continué le prélat, avant d’évoquer plus directement le chanteur. « Priez pour le repos de l’âme de Jean-Philippe Smet, car c’est ainsi que Dieu le connaît depuis le jour de son baptême. Dieu l’appelle par son prénom, Jean-Philippe, celui donné par ses parents le jour de sa naissance et le jour de son baptême, celui qui a entendu, un jour, le prêtre dire Jean-Philippe, je te baptise, tu es le fils de Dieu ».

Après avoir prié pour les malades de la paroisse, Elia, Odile, Leslie, Véronique, Jacqueline… le curé a rendu hommage « à l’immense talent reconnu de Johnny Hallyday, cette figure emblématique de la variété française, de cette icône qui s’en va et que nous garderons en souvenir à ce grand artiste français qui a marqué notre civilisation et notre pays ».

Les fans venus de tout le département

Sur le parvis de l’église de Grièges, les fans, venus des quatre coins du département, mais parfois aussi de beaucoup plus loin, se sont regroupés, grand-mères aux yeux rougis, ou rockers au blouson de cuir et cheveux gris. Lionel Lanoy, 59 ans, chauffeur de taxi, qui entretient le look de rocker et porte une croix où le Christ est représenté sous les traits de Jimi Hendrix avec sa guitare, est venu de Paris pour assister à la cérémonie. « Je suis fan depuis que j’ai 18 ans, et j’ai eu la chance de pouvoir le rencontrer grâce à Laurent Gerra. C’était un gars vraiment sympa », confie la gorge serrée celui qui attend maintenant de pouvoir se rendre aux obsèques de son idole. Marc Emilianoff, 60 ans, l’air grave, porte lui aussi le blouson de cuir. « J’ai vécu toute ma vie avec ses chansons, « Si j’étais charpentier », « Les portes du pénitencier », « Ne tuez pas la liberté »… » confie-t-il.

Et puis, dans le petit groupe qui échange ses souvenirs, il y a Danièle Ruiz, la soixantaine, et fan parmi les fans. T-shirt à l’effigie de Johnny, tatouage au nom de Johnny sur le bras, badge « Johnny je t’aime » et à la main, une photo d’elle avec le chanteur. « Elle a été prise à Saint-Barth’ en août 2016, je l’ai rencontré dans un restaurant. Il était déjà bien fatigué », raconte-t-elle, visiblement dévastée. Elle a assisté à quelque 300 concerts de son idole depuis l’adolescence et a suivi récemment la tournée des Vieilles Canailles, et confie comment elle a perdu le sommeil depuis une semaine : « Je sentais qu’il n’était pas bien, mais je pensais qu’il allait passer Noël ».

You must be logged in to post a comment Login