Musique : DeLaurentis revisite un tube disco

Share
 
 
 
 
DeLaurentis reprend « Ring my bell », le tube disco d’Anita Ward sorti en 1979 qu’elle revisite dans une version électro intimiste et épurée. Cette chanson qui a conquis la planète et fait danser plusieurs générations se retrouve métamorphosée par DeLaurentis sur les pads de son instrument de prédilection : le « push ».  
Le titre commence dans une ambiance cinématique avec quelques notes au glockenspiel qui se posent sur un tapis de voix et de synthés analogiques.  Cette vidéo introduit la parution d’un 1er album pour DeLaurentis prévu pour 2017 et fait suite à l’EP « Brand new soul » sorti en avril 2016. 
Le titre « Ring my bell » est une chanson porte-bonheur pour DeLaurentis car après avoir posté une 1ère version en juillet 2016, la société du logiciel Ableton Live l’a partagée sur ses réseaux sociaux permettant aux internautes du monde entier de découvrir et commenter la vidéo ! En quelques jours, la cover fait le tour du net et séduit également les équipes de l’émission The Voice qui proposent à DeLaurentis de passer les auditions à l’aveugle de la 6ème saison.  Après quelques semaines de réflexion, elle décide de relèver le défi, avec succès, car trois fauteuils se retourneront pour elle. 
Voici le clip de Ring My Bell qui sort aujourd’hui, couronnant un mois de mars qui s’annonce de bon augure pour DeLaurentis avec une nomination aux Prix de la Création Musicale 2017 dans la catégorie « Nouveau Talent » aux côtés de Kungs, Sage, Las Aves et O.
 
 
Ring My Bell :
 
 
 
Derrière ce nom qui évoque le cinéma, il y a une chanteuse/compositrice/productrice qui nous livre une pop électronique lunaire et éthérée. Un laboratoire de sons dans lequel cohabitent synthétiseurs, piano, mégaphone, looper et contrôleurs. Entre le travail vocal de Laurie Anderson et l’univers cinématique de Lana Del Rey, ses influences sont nourries par les B.O de Ryuichi Sakamoto et les synthés de Brian Eno.
 
Originaire de Toulouse où son papa musicien de jazz a été pianiste-arrangeur de Claude Nougaro, elle apprend la musique au Conservatoire de Perpignan, puis à Toulouse à l’Université du Mirail en Musicologie Jazz. Vont succéder une série de voyages, par le biais des alliances françaises, qui verra DeLaurentis donner des concerts en Chine, Cuba, Guyane, Nouvelle-Orléans…
 
En 2013 elle s’installe à Paris et fonde son projet electronica cinématique en empruntant le nom de son grand-père d’origine italienne DE LAURENTIS. Il avait pour habitude de faire des films en super 8. En tombant sur ces bobines illustrant la Méditerranée des années 60, Cécile découvre un trésor brut et authentique. Ces vidéos sont projetées sur scène par sa sœur Julie Delaurenti qui est aussi à la création VJ.
 
En 2015 et 2016 DeLaurentis sort deux EP très bien accueillis par les critiques et sur les réseaux sociaux. Elle collabore aussi avec d’autres artistes comme Marc Collin pour un hommage au Trip Hop dans le projet Bristol et reçoit l’approbation de Mike Oldfield pour son adaptation du célèbre thème Tubular Bells en chanson qui porte le titre de « 10000 Things ». DeLaurentis prévoit de sortir son premier album en 2017.
 
 
 
La Gazette de Paris est un projet étudié et mis en ligne pour votre plaisir, elle fait partie des sites les plus visités. Si vous aimez la Gazette si vous souhaitez la voir exister encore longtemps, aidez nous à la maintenir en ligne.

You must be logged in to post a comment Login